VISITE GUIDEE >> Sentiers et balades > Alentours
Accès direct au contenu :
 

Le château du Touvet

Le Touvet
Tél : 04 76 08 42 27
Le château du Touvet, acheté en 1528 par Guiges Guiffrey, compagnon du Chevalier Bayard, appartient depuis et sans rupture à la même grande famille, les Eme de Marcieu. L'aspect actuel de la demeure, classée monument historique, date des rénovations entreprises entre 1753 et 1770. L'intérieur est rehaussé d'un magnifique escalier, œuvre de l'architecte Dupuy, les appartements sont décorés de boiseries Louis XV et agrémentés de meubles d'ébénistes régionaux.

Dans le parc, cascades et jeux d'eau alternent avec des parterres à la française et de grandes allées de marronniers formant un ensemble admirable de fraîcheur et de mouvement se détachant des hautes falaises de Chartreuse.

Ouverture : de Pâques à la Toussaint, les dimanche et jours fériés : 14h-18h.
Juillet - Août, tous les jours sauf le samedi : 14h-18h.

Accueil : visite guidée.

01 août 2013

Cascades du Glézy

Depuis Le Touvet, prendre la route qui mène à Saint-Hilaire du Touvet et se garer dans un virage à l'altitude 650m juste après avoir vu le début du sentier à droite.
Se garer et descendre la route sur 100m pour prendre à gauche le sentier qui s'enfonce dans les buis par une raide montée.
Laisser sur votre droite le sentier qui mène au col de Marcieu et continuer tout droit pour passer le petit pont de pierre.
La cascade supérieure du Glezy est là.
Le retour est identique.

11 août 2013

Cascade de Teppes Cochons

Une grande cascade, sans teppes, ni cochons au fond d'un vallon oublié et sauvage.

Ephémère comme un météore cette cascade ne dévoile son écharpe blanche qu'après la pluie. Elle n'est même pas visible du village du Boissieu, depuis le chemin des pierres-plates qui entame la grimpette entre les maisons, en direction de Saint-Georges, bien plus haut sur le plateau. Poursuivez cette raide montée par une piste caillouteuse qui se dirige vers les bois en longeant le ruisseau des combeaux. En 5 minutes, vous êtes sur le pont qui l'enjambe et à couvert sous les arbres.

Profitez de la quiétude et de la fraicheur car il faudra redoubler d'efforts en attaquant le début du sentier encombré de galets arrondis, entrainés là par le ruissellement. Enfilez plusieurs lacets en restant sur la piste principale. A environ 20 minutes du départ et quelques dizaines de mêtres après le quatrième virage, prenez à gauche une sente pentue et humide qui s'insinue dans les buis. Elle n'est pas balisée, ce qui ne l'empêche pas d'être un bon chemin, surtout emprunté par les chasseurs.

Plus haut, pèsent sur nos têtes les milliers de tonnes d'une falaise surplombante, puis après une succession de faux plats et courtes montées, le murmure du torrent s'amplifie progressivement.

Ne vous laissez pas trop captiver par ce bruit enchanteur et faites attention car le sentier devient étroit et glissant en coupant le flanc escarpé de la gorge. En une dizaine de minutes, vous parvenez au pied de la cascade non sans avoir écarté quelques branchages. Dans un nuage de brumisateur, vous pourrez alors toiser la hauteur des deux chutes déposant inlassablement un sédiment marron qui tapisse la falaise à nu.

Accès : village du Boissieu, se garer au niveau du pont sous le hameau.


Carte IGN Top 25 3333 OT
Source : Alpes Magazine n° 108.

13 août 2013

Cascade du Furet

Une des nombreuses cascades méconnues sautant les barres de Chartreuse.

En préambule, arpentez le profil sinueux de la rue du Carre, perpendiculaire à la place et bordée de charmantes maisons fleuries.
Sur la fin le goudron vient mourir sur la caillasse d'un chemin forestier s'enfonçant entre bois et prairie. Peu après, ne vous laissez pas tenter par l'amorce d'un chemin menant à la réserve d'eau mais poursuivez avant de tirer vers la gauche.
Puis un croisement à trois branches rend le cheminement douteux : en fait, montez un peu et tout de suite, prenez à droite , suivant le sens d'une flèche peu visible, le petit sentier sombre et humide.
Rapidement, le sous-bois s'éclaircit, mais en contrepartie la pente s'accentue fortement. Plus haut, prenez à droite entre deux talus, au niveau d'un épicéa inattendu au milieu des chênes, puis parvenez dans une  hêtraie-chataigneraie aux feuilles et bogues recouvrant le sentier.
A partir de là, le torrent se fait entendre mais pas encore voir : au total 45 minutes de mise en jambes sont nécessaires pour l'atteindre.
Un écriteau "cascade" indique la route à suivre, cinq bonnes minutes à remonter un escalier de traces boueuses sur la rive gauche du ruisseau.
La cascade termine son saut au milieu d'un chaos de gros blocs, faciles à escalader.
Redescendez prudemment et poursuivez l'itinéraire par une sente montante, parfois perdue dans la végétation ou barrée par un arbre, tout en étant attentif au marquage jaune et blanc un peu passé. Tirez toujours vers le bas à la jonction de Saint Marcel, pour vous retrouver sur une petite route d'exploitation goudronnée.
Descendez au village et par les rues de Champ-Brisson, de la Croix et par là, bouclez la boucle.

Accès : village de Barraux, se garer sur la place derrière l'église.


Carte IGN Top 25 3333 OT
Source : Alpes Magazine n° 108.

05 août 2013

La source et cascade du Cernon

La source mystérieuse d'un des torrents les plus moussus de Chartreuse.
Au départ, vous apprécierez la beauté des murailles grises de Chartreuse, montagne creusée de galeries où s'infiltrent les eaux de pluie, pour ressurgir à leur base en sources généreuses, comme celle du Cemon.
Traversez la route (pancarte) et rejoignez le creux du vallon où l'eau use l'empilementde gros blocs moussus, qui obstruent son cours. Puis montez à Saint-Marcel-d'En-Bas à travers bois et prairies.

Passez entre Les maisons, longez un peu la route et reprenez à gauche un chemin très boueux menant à des bâtiments agricoles.
Passez sous un pré et ressortez sur la route peu fréquentée de Sainte-Marie- du-Mont. Prenez tout droit le chemin d'exploitation s'enfonçant dans la grande forêt, une belle hêtraie-sapinière parcourue de chants d'oiseaux et du bruit joyeux des ruisseaux. Plus haut, après le croisement du Plious, le chemin rétrécit et semble taillé à coups d'explosifs, sur le flanc d'une paroi. Il se rétrécit encore à la bifurcation de Combe Noire, à dix minutes de la source. Avant, il y a le passage bigrement impressionnant au pied des falaises... Et si ça s'écroulait! Au Cernon, difficile de localiser exactement le creux d'où sort la source, mais en gravissant le chaos de blocs au-dessus, vous pouvez entrer dans une cavité dont le creux retient un lac minuscule. Traverser le torrent sur l'arrondi des blocs glissants n'est pas chose aisée, même en suivant les marques. Au-delà, sur l'autre rive, poursuivez l'effort de montée sur une pente en dévers, sécurisée par un câble. Parvenu à l'intersection de Rochereau, franchissez l'arbre cassé qui efface le chemin de descente puis traversez une hêtraie aux arbres géants avant de longer - quel contraste ! une clairière dévastée par une coupe. Le sentier retrouve vite la quiétude du sous-bois vivant et descend en zigzag jusqu'à la cascade du Cernon, sur le barrage.
Après ce dernier contact avec l'eau, il n'y a plus qu' à vous laisser dégringoler sur Bellecombe, en une quarantaine de minutes..

Accès : Hameau de la Palud, partir vers Sainte Marie du Mont et s'arrêter à la sortie de Bellecombe.


Carte IGN Top 25 3334 OT
Source : Alpes Magazine N° 108

05 août 2013


Haut de page
Contactez-nous Mentions légales Réalisation ProwebCE