INFOS PRATIQUES >> Eau Assainissement > Histoire d'eau
Accès direct au contenu :
 

DU MILIEU NATUREL AU ROBINET. UNE EAU QUI COULE DE SOURCE.

 

L’eau de Saint Vincent de Mercuze est gérée par la commune qui en assure le prélèvement dans le milieu naturel avec transfert des sources vers les réservoirs, puis, à travers le réseau de canalisations, des réservoirs vers le robinet du particulier.

Le traitement des eaux usées, quant à lui, est géré par le syndicat d'assainissement : le SADI.

 

16 août 2013

LE PRELEVEMENT DANS LE MILIEU NATUREL

 

C’est le captage de 6 sources qui assure notre approvisionnement quotidien en eau.

 

Quatre sources sont localisées sur la commune de Sainte Marie du Mont et gérées en commun avec la commune de Sainte Marie D’Alloix (3/7 pour SMA  et 4/7 pour SVM) :

·       Source de Boutière captée en 1929 ;

·       Source de Fontaine froide captée en 1929.

·       Source du Boutât captée en  1948 ;

·       Source de l’Alloix  captée en 1979 ;

Ces captages alimentent le réservoir de 400 m3 situé au dessus du Montalieu qui dessert 6/7 des abonnés.

 

Deux autres sources sont localisées sur la commune de Saint Vincent de Mercuze.

·       La source de la Vieille Église qui  alimente un réservoir situé juste au dessous et approvisionne le  septième restant des habitants,

·       La source du Montalieu qui alimentait autrefois le Montalieu et la Combe d'Alloix et qui avait été mise en sommeil lors de l'aménagement des réseaux du Montalieu. Des travaux réalisés début 2011 permettent aujourd'hui de réinjecter l'eau de cette source dans le grand réservoir, ce qui est bien utile en période d'étiage (environ du 15 août au 15 octobre).

 

   

 "Réinjection" du captage du Montalieu dans le grand réservoir

 

A la sortie de chaque réservoir un traitement UV assure la bonne qualité bactériologie de l’eau et permet de rendre cette eau non seulement "potable", mais aussi "buvable" *. Chaque mois des analyses sont faites par un laboratoire agréé sous le contrôle de l'ARS (Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes). Ces analyses sont affichées dans le hall d'accueil de la mairie.

* Des épisodes de turbidité après de fortes pluies sont venus perturber la transparence de l'eau et la quiétude des consommateurs. Pour plus d'informations, cliquez ici

19 août 2013

LA DISTRIBUTION DE L’EAU

 

La distribution représente des kilomètres de canalisations qu’il faut entretenir ou remplacer pour faire la chasse aux fuites.

C'est aussi une nécessité d'organiser des programmes de rénovation des réseaux d'adduction d'eau à destination des usagers ou des hydrants qui assurent la sécurité incendie.

 

Et puis, comment évoquer l'eau sans penser aux 22 bassins avec leur consommation moyenne de 12 m3 par heure. Rares sont  les communes qui ont aujourd’hui autant de bassins qui coulent en permanence.

 

Si vous voulez les voir, cliquez "Bassins de Saint Vincent de Mercuze"

 

C'est un patrimoine exceptionnel. Sachons le garder même si, lors des périodes d’étiage importantes certaines années, il faut réduire le débit de ces bassins, voire même, en cas de nécessité, l'arrêter momentanément.

   

22 août 2013

LE RETOUR AU MILIEU NATUREL

 

 

 

Après utilisation, une partie de l'eau polluée de la commune est collectée et transportée par un réseau de transit à la station d’épuration intercommunale située sur la commune du Touvet et gérée par le SADI. Cette station biologique épure l’eau avant de la rejeter dans le milieu naturel : l’Isère. Les programmes successifs d'assainissement qui ont été réalisés ces dernières années permettent aujourd'hui de considérer que 75%des eaux sont ainsi collectées et traitées.  Le réseau séparatif fait lors des travaux de la D1090 et de la Grand Rue a permis, à lui seul, de supprimer une grande partie des rejets qui se faisait directement dans le Bresson.

 

Il reste donc 25% des eaux qui ne sont pas collectées par le réseau collectif mais traitées par un réseau individuel qui est efficace si le terrain se prête bien à la filtration des eaux usées. Cependant, nombre d'assainissement non collectifs, surtout s'ils sont anciens, ne remplissent plus leurs fonctions de filtration et d'épuration.

C'est pour cette raison que la loi sur l’eau impose désormais aux communes de contrôler le bon fonctionnement de ces assainissements individuels (champs d’épandage).

Les communes du SADI ont donc décidé de confier au syndicat la compétence de ce contrôle par création d'un SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif).

 

En savoir plus :

26 août 2013


Haut de page
Contactez-nous Mentions légales Réalisation ProwebCE